BPCO : comment récupérer du souffle et améliorer sa respiration ?


Auteur : Loris Vitry (thérapeute holistique)
Supervision : Cathy Maillot (ostéopathe)

Avertissement : Consultez obligatoirement votre médecin pour votre santé.


Abrégée BPCO, la bronchopneumopathie chronique obstructive est une maladie qui selon les estimations touche quatre Français sur cent.

Elle se manifeste par des symptômes comme une toux chronique, une dyspnée et des expectorations.

BPCO : comment récupérer du souffle et améliorer sa respiration ?

Lorsqu'elle n’est pas très vite prise en charge, elle entraîne une aggravation de ces symptômes, pouvant conduire même à la mort.

Les traitements à préconiser dans la lutte contre la BPCO sont ceux pouvant aider à la récupération du souffle ainsi que ceux pouvant améliorer la respiration.

BPCO : Conséquences sur l’organisme et facteurs aggravants

La BPCO est une maladie qui entraîne une inflammation des voies aériennes, particulièrement les bronches qui finissent par réduire le volume des bronches.

Dans le même temps, des sécrétions de mucus obstruent ces mêmes bronches.

La conséquence directe de ce phénomène est une diminution progressive des débits d’air échangés dans les poumons lors de la respiration.

En plus, les alvéoles qui servent de sièges aux échanges gazeux durant la respiration finissent par être nécrosées si rien n’est fait pour contrer le phénomène.

Car heureusement le phénomène est réversible si l’on applique les traitements adéquats.

Les personnes souffrant généralement de la BPCO sont les personnes exposées au tabagisme aussi bien actif que passif.

D’ailleurs, selon les statistiques plus de 80 % des cas de BPCO recensés ont un lien avec la consommation de tabac.

Cependant, le tabagisme n’est pas le seul facteur aggravant connu de la BPCO.

Les phénomènes suivants favorisent également la maladie :

  • La pollution de l’air ambiant
  • L’exposition à la poussière et des produits chimiques comme les poussières de charbon ou la silice.
  • Les infections des voies respiratoires récurrentes durant l’enfance
  • Les prédispositions génétiques pour ce type de maladie.

BPCO : traitements à envisager

La BPCO n’est pas une fatalité.

Il existe des traitements qui ont montré leurs efficacités et qui permettent de ralentir complètement la progression de la maladie.

Ceux-ci vont des simples techniques respiratoires aux solutions médicamenteuses, sans oublier l’assistance respiratoire.

Les techniques de respiration

Il existe différentes techniques de respiration qui aident aussi bien à récupérer du souffle qu’à améliorer au quotidien sa respiration.

  • La respiration à lèvres pincées

Il s’agit d’un type de respiration qui se déroule en trois étapes et qui aide à améliorer au quotidien la respiration.

La première consiste à inspirer lentement par le nez jusqu’à ce que les poumons soient remplis d’air.

La seconde étape consiste à pincer ses lèvres comme si on s’apprêtait à souffler sur une bougie.

La troisième étape consiste à expirer lentement par la bouche en gardant les lèvres pincées jusqu’au bout.

Il faut que le temps d’expiration soit supérieur au temps d’inspiration.

Il faut également éviter au maximum de forcer l’expiration.

Ce dernier doit être naturel.

  • La respiration à lèvres pincées en cas de crises aiguës

La respiration à lèvres pincées peut également être utilisée pour récupérer en urgence du souffle.

En cas de crise aiguë d’essoufflement par exemple vous devez commencer par stopper toute activité et adopter une position confortable.

Ensuite, il faudra garder le plus possible votre calme, tout en vous détendant au niveau des épaules.

Appliquez maintenant la respiration à lèvres pincées en inspirant et expirant par les voies nasales.

La technique est à répéter pendant une durée de 5 minutes ou jusqu’à la stabilisation du rythme de respiration.

  • La respiration abdominale

C'est une technique au cours de laquelle l’inspiration et l’expiration se font par une succession de gonflement et de dégonflement du ventre.

Il s’agit d’un type de respiration inné chez le bébé et qui est fréquemment utilisé par les artistes chanteurs.

Ce type de respiration offre l’avantage de remplir la totalité des poumons d’air, ce qui offre une capacité respiratoire maximale.

Dans le cadre de la BPCO, la respiration abdominale seule ne suffit pas.

Il faut généralement lui associer un exercice adapté.

Comme exercice, vous pouvez appliquer un autre exercice.

Il s'agit concrètement de se mettre debout en ayant le buste droit, les jambes légèrement écartées et fléchies.

Ensuite, il faudra expirer en pinçant également les lèvres comme pour souffler sur une flamme.

L'étape suivante va consister à sortir lentement l’air de ses poumons.

Il faut veiller à avoir les deux mains en croix posées sur le ventre comme pour comprimer ce dernier.

Une fois tout l’air expulsé des poumons, fermez la bouche avant de relâcher d’un coup le ventre.

Afin d’inspirer lentement par le nez jusqu’à ce que les deux poumons se remplissent d’air.

Le temps d’expiration doit durer au minimum 6 secondes pour que l’exercice soit efficace.

Il faut également que la durée de l’inspiration fasse la moitié du temps d’expiration.

Si l’expiration a duré 6 secondes, l’inspiration doit durer également 3 secondes.

La réhabilitation respiratoire

Il s’agit d’un traitement qui est préconisé pour les personnes présentant des symptômes d’essoufflements.

La réhabilitation respiratoire est un ensemble de soins permettant d’améliorer la respiration globale.

Se déroulant sur une période pouvant aller de 6 à 12 semaines, elle comprend la musculation, l’éducation thérapeutique, la gymnastique médicale et un entraînement médical.

Les traitements médicamenteux

Il existe des médicaments qui aident également à lutter efficacement contre la BPCO.

Ceux-ci font partie de la famille des bronchodilatateurs.

Ce sont des médicaments qui servent à dilater les bronches et à faciliter les échanges d’air.

Ils permettent également de réduire les symptômes et d’améliorer la qualité de la respiration.

Il existe de deux types de bronchodilatateurs à savoir : les β-2 agonistes et les anticholinergiques.

Ils se distinguent l’un de l’autre par leur durée d’action et leur mécanisme d’action.

Les β-2 agonistes ont une courte durée d’action qui favorise le soulagement rapide des soucis respiratoires et améliorent la dilatation des bronches.

Les anticholinergiques ont une longue durée d’action et empêchent les bronches de se contracter.

L’oxygénothérapie

Malheureusement, certains cas graves de la BPCO peuvent amener à une hospitalisation et entraîner parfois la mort du patient.

Dans ces cas, l’oxygénothérapie est la solution d’urgence à préconiser avant éventuellement d’appliquer les autres traitements cités plus haut.

L’oxygénothérapie consiste à placer le patient sous assistance respiratoire avant d’aider ses poumons à continuer à approvisionner l’organisme en oxygène.

Pour finir, gardez à l'esprit que la BCPO est une maladie qui ne se guérit pas.

Par contre, elle peut être prise en charge facilement afin de réduire son impact sur l’organisme.


Testez votre niveau de santé (2 tests surprenants)

Des millions de personnes utilisent ces 2 tests de santé alternatifs pour suivre leur niveau de stress au quotidien.


Lire aussi :

Blocage psychologique pour tomber enceinte : que faire ?

Calvitie : comment faire pour éviter de perdre ses cheveux ?

Catégorie : Respiration