Dérèglement et déséquilibre hormonal : les solutions ?


Auteur : Loris Vitry (coach personnel)
Supervision : Cathy Maillot (ostéopathe)

Avertissement : Consultez obligatoirement votre médecin pour votre santé.


L’organisme produit et a besoin d’une quantité précise d’hormone.

Cependant, pour diverses raisons, on constate parfois une surproduction ou une sous-production d’hormones.

Dérèglement et déséquilibre hormonal

Ce changement peut entraîner un déséquilibre ou un dérèglement hormonal.

Cette situation peut conduire à des changements d’humeurs ou d’attitudes.

Ce déséquilibre peut aussi impacter négativement l’organisme.

Pour en venir à bout, certaines solutions sont proposées par les praticiens.

Le dérèglement hormonal : que faut-il savoir ?

Les hormones jouent un rôle important au sein de l’organisme.

Elles interviennent comme des messagers et doivent être produites en une quantité raisonnable.

Dans le cas où, la production est déréglée, il survient automatiquement un dysfonctionnement, on parle de troubles hormonaux.

L’organisme produit plusieurs hormones.

Les plus importantes en dehors du cortisol, de l’adrénaline et de l’insuline sont :

  • les hormones hypophysaires : hormone de croissance, prolactine, ocytocine, dopamine, etc.
  • les hormones sexuelles : l’œstrogène, la testostérone, la progestérone, la relaxine, l’inhibine, etc.

Puisque chaque hormone agit de façon différente dans l’organisme, les symptômes du déséquilibre hormonal ne sont pas universels.

Ils varient en fonction du taux d’hormone produit.

Cependant, certaines combinaisons de symptômes peuvent mettre la puce à l’oreille à votre médecin traitant.

Il s’agit de :

  • la perte de la libido,
  • le dérèglement de la pilosité,
  • la fatigue,
  • les acnés
  • les cheveux fins et/ou cassants,
  • les ongles striés,
  • les problèmes digestifs,
  • la constipation,
  • l’insomnie,
  • vertiges,
  • troubles de l’humeur, etc.

Cette liste n’est pas exhaustive, car les symptômes varient d’un individu à un autre et surviennent selon des sensibilités individuelles.

Par ailleurs, les causes de ces troubles ne sont pas clairement établies.

Les études retiennent simplement que certaines périodes de la vie sont favorables au déséquilibre hormonal.

Il s’agit principalement de la grossesse, la puberté, la préménopause, la ménopause, etc.

Aussi, le stress est une situation qui peut provoquer les troubles hormonaux.

Dans de rares cas, le dérèglement hormonal peut survenir d’une affection héréditaire ou d’une tumeur cancéreuse.
Ce trouble peut affecter n’importe qui à n’importe quel moment de la vie.

Cependant, les catégories de personnes qui sont les plus exposées sont les nouveau-nés, les adolescents, les femmes enceintes, les femmes allaitantes, les personnes âgées, etc.

Par ailleurs, il faut dire que les femmes ont contrairement aux hommes une forte propension à en souffrir.

Le déséquilibre hormonal : quelles sont les solutions ?

Pour venir à bout de ce trouble, les soins et les méthodes de traitements sont avant tout individuel.

Ils doivent être adaptés à l’organisme de la personne qui en souffre, c’est pour cela que les options sont nombreuses.

Il faut choisir entre l’acupuncture, l’hormonothérapie, les plantes médicinales et les antidépresseurs.

L’hormonothérapie

Cette thérapie permet principalement de traiter les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes.

Le traitement repose sur la prescription d’hormones sexuelles.

Les doses sont prescrites en fonction du cas.

Il peut s’agir de petites doses d’œstrogènes qui vont progressivement augmenter ou régresser en fonction des résultats obtenus.

La prescription se fait par un médecin en association avec la progestérone ou avec l’un de ses dérivés.

L’acupuncture

En ce qui concerne l’acupuncture, cette thérapie agit au cas par cas.

Toutefois, quand elle est pratiquée, elle fait disparaître les symptômes de la ménopause, participe au rétablissement de l’équilibre hormonal, améliore le flux de l’énergie vitale et soulage les nerfs.

La première action de l’acupuncture est de tonifier le Yin du rein, le but étant d’en renforcer la vitalité et d’amoindrir l’échappement de la chaleur vers le haut.

Elle traite ainsi toutes les tensions qui peuvent augmenter le déclin du Yin ou causer un autre déséquilibre énergétique.

Les plantes médicinales

La nature offre heureusement des alternatives qui permettent de traiter le déséquilibre hormonal de façon naturelle.

  • L’actée grappe noire

C’est une plante qui améliore et réduit les symptômes de la ménopause.

Sa grande composante, la formononétine agit essentiellement comme l’œstrogène.

Les glycosides triterpéniques qui la composent exercent une action modulatrice sur l’hypophyse.

Le fait de la consommer au quotidien comble alors valablement le déficit causé en cas de sous-production d’hormones.

En plus, elle est sans effet secondaire.

  • Le Trèfle rouge

C’est une plante riche en isoflavones.

Ces derniers ont des affinités hormonales qui les rendent mimétiques.

C’est-à-dire qu’elles imitent le comportement des hormones.

Ainsi la consommation d’une tasse d’infusion de trèfle rouge serait une action salvatrice pour les personnes sujettes à ce dérèglement.

Il ne contient aucune molécule imposante et agit donc en douceur dans l’organisme.

Il ne cause aucun dommage aux organes de reproduction.

  • L’agripaume cardiaque

Elle agit sur les nerfs et le cœur de ceux qui la consomment.

Elle régularise le flux des menstruations, renforce le tissu vaginal et le maintient en bonne santé.

Aussi, elle facilite la gestion du stress et favorise le retour de la libido.

Cette plante lutte également contre l’insomnie, les sauts d’humeur et la dépression.

Sa grande particularité réside dans le fait qu’elle agit sur le système cardio-vasculaire.

  • La rhubarbe de Sibérie

C’est la racine de la rhubarbe de Sibérie qui est utilisée pour traiter le déséquilibre hormonal.

Ses résultats sont semblables à ceux obtenus suite à une hormonothérapie avec l’avantage d’être entièrement sécuritaire pour l’organisme.

Elle est composée d’une molécule appelée la rhaponticine qui a une grande ressemblance avec les récepteurs estrogéniques.

Cette plante prouve son efficacité au plus tard 28 jours après sa consommation régulière.

Les symptômes disparaissent progressivement et laissent place à un sentiment de bien-être profond.
Elle n’a pas d’effet secondaire sur l’organisme et se constitue une approche sécuritaire pour les femmes qui ont une prédisposition à toutes les sortes de cancers hormono-dépendants.

Les antidépresseurs

Ils peuvent intervenir si votre médecin traitant pense qu’ils sont nécessaires pour vous soigner.

Ce sont des médicaments psychotropes dont le rôle est de lutter contre la dépression.

Vous pouvez selon votre cas et l’avis de votre médecin recevoir une prescription d’antidépresseurs pharmaceutiques ou non.
En dehors de ces méthodes, il est important que la personne qui en souffre adopte certaines attitudes quotidiennes :

  • réduire la consommation du café,
  • éviter les activités physiques trop longues,
  • se passer des régimes restrictifs,
  • respecter les heures et la durée du sommeil,
  • lutter quotidiennement contre le stress.

En somme, il faut faire attention à son style de vie et éviter le stress pour soigner les troubles hormonaux.

En cas de persistance ou de récidive, la meilleure solution serait de consulter un psychothérapeute.

Selon votre personnalité et vos sensibilités, il prescrira une thérapie adéquate pour votre traitement.


Testez votre niveau de santé (2 tests surprenants)

Des millions de personnes utilisent ces 2 tests de santé alternatifs pour suivre leur niveau de stress au quotidien.


Lire aussi :

Dépression post-partum : gérer le stress après accouchement ?

Difficulté à respirer par le nez : que faire ?

Catégorie : Grossesse