Fatigue compassionnelle : quand aider les autres rend malade ?


Auteur: Loris Vitry (coach en développement personnel)
Supervision: Cathy Maillot (ostéopathe D.O.)

Avertissement: Consultez obligatoirement votre médecin pour votre santé.


Les métiers d’aide aux personnes souffrantes sont très nobles mais comportent cependant des impacts sur la personnalité des personnes qui les exercent.

Ces impacts peuvent être émotionnels et dont le plus courant est la fatigue compassionnelle qui affecte sérieusement ces travailleurs de santé.

Fatigue compassionnelle

Comment fonctionne ce phénomène ? Une étude des causes de la fatigue compassionnelle et quelques mises en garde vous sont proposées dans cet article.

Qu’est-ce que la fatigue compassionnelle ?

Description
La fatigue compassionnelle résulte d’un état d’épuisement et de troubles psychologique et social du fait du contact prolongé avec une personne qui souffre.

C’est un phénomène qui est apparu en 1992 et il est similaire de l’épuisement émotionnel et personnel ou burn-out.

La fatigue compassionnelle implique le sentiment de lien et d’attachement avec soit un malade qui a des douleurs et qui souffre.

Elle altère la perception des choses de la vie mais aussi des croyances fondamentales.

Ce qui provoque pour celui qui souffre de ce phénomène, une dégradation de son empathie, de sa compassion et de son optimisme.

La souffrance entraîne chez lui un traumatisme qui affecte ses sentiments naturels et humains jusqu’à devenir dépressif ou d’être dans un état d’anxiété profonde.
Qui sont les impactés ?
La fatigue compassionnelle est un phénomène qui touche les personnes exerçant dans le secteur de la santé ou de la sécurité.

Plus encore, elle peut affecter même les travailleurs humanitaires et sociaux, ainsi que les forces de l’ordre et de défense.

Ces personnes se mettent dans l’identité de celles qui ressentent de la douleur et la souffrance et dont elles doivent prendre soin.

Elles s’investissent sur le plan émotif dans la prise en charge des personnes souffrantes.

Quels sont les effets et conséquences de la fatigue compassionnelle ?

La fatigue compassionnelle est un phénomène qui évolue progressivement en différentes étapes.

Elle produit des effets sur la personne atteinte qui de plus en plus entraînent des conséquences sur cette dernière.
Les effets de la fatigue compassionnelle
Les signes
Les symptômes de la fatigue compassionnelle peuvent se manifester de différentes manières telles que le sentiment de tension et de préoccupation vis-à-vis de la personne souffrante.

Cela peut être de la colère, le manque de motivation, du dégoût, de la perte d’estime de soi etc.

Cependant, les symptômes sont regroupés dans les différentes phases de la fatigue compassionnelle.
Les différentes phases de la fatigue compassionnelle.
La fatigue compassionnelle peut être scindée en quatre phases :

  • La phase d’investissement à fond : dans cette phase, la personne atteinte de fatigue compassionnelle peut ressentir un désir ardent de s’investir dans ses tâches.Manque de temps pour des activités et soins personnels.Ce qui provoquera chez elle un épuisement émotionnel dû à son investissement intense.Aussi à vouloir s’occuper de plusieurs choses à la fois.
  • La phase de distance : dans cette phase, la personne atteinte a un sentiment d’irritabilité, d’évitement et d’insensibilité envers le malade.Elle peut aussi entraîner un évitement de ses propres sentiments ou de sa situation.De même, elle provoque une difficulté d’être heureux et de garder espoir.
  • La phase de relâchement : dans cette phase, la personne atteinte aura un manque d’enthousiasme et évoque soit le stress ou la fatigue.Ce sentiment provoque de l’absentéisme au travail, une baisse de productivité socioprofessionnelle.
  • La phase de désespoir : enfin, dans cette phase la personne atteinte va avoir du mal à dormir ou même faire des cauchemars.Une perte d’intérêt va s’installer et causer le désespoir.

Les conséquences de la fatigue compassionnelle
La fatigue compassionnelle provoque des conséquences plutôt néfastes à l’endroit de la personne atteinte.

Des sentiments de négativités et une perte de confiance en soi s’accumulent de plus en plus.

Les conséquences sont d’abord au niveau de sa vie professionnelle.

En effet, la personne atteinte peut ne plus avoir le plaisir d’effectuer son travail et de tout laisser tomber.

Ensuite, sa vie relationnelle peut s’altérer.

La fatigue compassionnelle peut affecter sa relation avec sa famille, ses amis ou son identité propre.

Enfin, la fatigue compassionnelle non traitée peut avoir des conséquences sur la santé physique et surtout mentale.

Comment prévenir la fatigue compassionnelle ?

Il est tout de même possible de prévenir ou de soulager la fatigue compassionnelle.

Aussi bien sur le plan personnel que sur le plan professionnel, vous avez des solutions pour éviter ou soigner ce trouble.
Sur le plan personnel
Lorsque les signes mentionnés plus haut commencent à se faire ressentir, il est primordial de réagir rapidement.

Au lieu de démissionner de son poste ou de se relâcher, établissez un plan de prise en charge de votre propre personne.

Dressez un emploi du temps personnel pour vous occuper d’autres choses que de prendre soin de quelqu’un d’autre.

Il suffit de faire ces activités ci-dessous :

  • Faites de façon régulière un Mea Culpa, une réflexion sur vous.
  • Faites de la méditation, du sport et des exercices pour le stress et l’anxiété.
  • Être optimiste chaque matin, reprendre du souffle et de l’énergie et commencer positivement sa journée.
  • Sortir en famille ou avec des amis, s’amuser et se libérer, regarder des films ou vidéos comiques.
  • Adhérer à un groupe de soutien ou groupe de pairs ou bien tout simplement demander de l’aide.

Sur le plan professionnel
Il y a des psychiatres d’entreprises ou des groupes de soutien social où il vous est possible de vous confier.

Les premiers permettent d’avoir un avis extérieur sur ses sentiments et ses états d’esprit par rapport aux circonstances ou évènements douloureux vécus.

Le but ici c’est de vous libérer et d’être neuf à la sortie de la séance.

Quant au soutien social, il permet de partager entre collègues les sentiments face à la souffrance des malades.

Il permet aussi d’avoir des activités extraprofessionnelles entre collègues.

D’autres mesures sont à envisager comme alterner les activités professionnelles.

En effet, il s’agit de trouver un autre emploi distinct de la prise en charge des souffrants et de les faire à temps partiel.

Cela permettra de mixer l’environnement professionnel et psychologique.

Ce qui réduira fortement votre risque de choper la fatigue compassionnelle.

Conclusion

Il est tout à fait normal de ressentir de l’empathie pour une personne souffrante, mais toujours positiver et rester optimiste, appréciant la vie avec sa famille et ses amis.


Testez votre niveau de santé (2 tests alternatifs surprenants)

Des milliers de personnes utilisent ces 2 tests de santé alternatifs pour suivre leur niveau de stress au quotidien.


Lire aussi:

Epuisement psychologique au travail : que faire ?

Fatigue surrénale : comment relancer les glandes surrénales ?

Catégorie: Stress