Pourquoi et comment consommer du Ginkgo Biloba ?


Auteur : Loris Vitry (coach personnel)
Supervision : Cathy Maillot (ostéopathe)

Avertissement : Consultez obligatoirement votre médecin pour votre santé.


Le Gingko Biloba est un véritable fossile vivant paraît-il.

Certaines sources soutiennent qu’il peut vivre pendant un millénaire.

Pourquoi et comment consommer du Ginkgo Biloba

C’est une plante d’origine asiatique qui offre des fruits jaunâtres dont le noyau est comestible.

Introduite en Europe et en Amérique depuis le XVIIIe siècle, cette espèce végétale a séduit l’industrie pharmaceutique.

Pourquoi est-elle si prisée? Pour éviter que certaines personnes n’en abusent, comment devrait-on l’utiliser ?

Caractéristiques thérapeutiques du Gingko Biloba

Le gingko biloba a conquis le monde de la médecine pour deux raisons principales.

Ses principes actifs sont orientés vers des remèdes d'administration orale et cutanée.

Utilisation orale du gingko biloba

Les vertus thérapeutiques de la plante sont extraites de ses feuilles.
Le premier avantage ici, c'est la vasodilatation.

Les feuilles regorgent de flavonoïdes et de lactones terpéniques.

Autrement dit, ce sont des antioxydants qui améliorent la circulation sanguine.

Ils empêchent le sang de se coaguler en nourrissant les cellules veineuses et artérielles.

Au niveau des articulations, les cellules régénérées permettent le recouvrement des fonctions motrices.

C'est pourquoi des breuvages de gingko sont prescrits aux personnes claudicantes et aux sportifs.
La seconde utilité de la plante est l'oxygénation des cellules.

Les infusions de gingko permettent surtout d'aérer la cervelle et de nourrire les cellules présentes dans la boîte crânienne.

Ainsi, elles renforcent les fonctions cérébrales, stimulent la mémoire et préservent contre le vieillissement précoce.

À ce qu'il paraît, les personnes âgées souffrant de troubles de la mémoire ont trouvé leur remède miracle.
Par ailleurs, le gingko biloba assure le rétablissement des fonctions respiratoires.

Cette dernière faculté réside dans les décoctions de la plante.

En général, elles sont recommandées pour décongestionner les conduits respiratoires.

En conséquence, les affections respiratoires comme l'asthme, la bronchite et la sinusite se traitent facilement au gingko.

De même, les problèmes de vue liés aux difficultés respiratoires sont corrigés.

Administration cutanée du gingko biloba

En Asie, la plante est couramment utilisée pour soigner toutes sortes de problèmes cutanés.

Ceci s’explique de par l'action curative de la plante sur la peau.

Puisqu’elle facilite une certaine oxygénation des cellules, elle accélère la cicatrisation des plaies.

La médecine chinoise, par exemple, traite certains patients avec des cataplasmes de feuilles de gingko biloba.

Cette méthode sert à soigner les ulcères, les brûlures et les ecchymoses.
D'autre part, la composition chimique des feuilles renforce les tissus capillaires.

En l'appliquant comme une crème dans les cheveux, beaucoup arrivent à s'assurer un cuir chevelu sain.
Tout ce qui précède paraît intéressant.

Cependant, de quelles manières devrait-on administrer le gingko biloba pour obtenir les meilleurs résultats ?

Utilisation et posologie du Gingko Biloba

Indications thérapeutiques

Le mode d’emploi traditionnel de la plante est l’infusion.

Les traitements qu'on pourrait tirer de la plante durent en général un mois.

Les naturothérapeutes conseillent de cueillir les feuilles fraîches.

À défaut d'en avoir dans votre jardin, vous pouvez les commander chez l'herboriste.

Ensuite, il faudra les faire sécher par exemple sous une source de chaleur douce comme un radiateur.

Il est aussi préférable de les assécher étalées dans un récipient plat au soleil.

Cela en facilite la conservation et vous pourrez en disposer en toute saison.

La conservation est assurée nécessairement dans des bocaux en verre.

Posologie

Sur le marché pharmaceutique, les médicaments sont disponibles sous forme de gélules, de comprimés ou en solution buvable.
Les doses prescrites sont de 120 à 240 mg par jour.

Gélules et médicaments se prennent avec de l’eau de préférence au cours des repas.

En somme, vous devez les ingurgiter deux ou trois fois selon votre régime alimentaire.

Quant aux solutions orales, vous les prenez en fonction de votre alimentation sans addition d’eau.

Vous les prenez également deux à trois fois au quotidien.

En cas de doute, n'hésitez pas à demander les conseils du médecin ou du pharmacien.
Il existe en outre des extraits hydroalcooliques issus des teintures mères du feuillage.

Ces derniers doivent être administrés en quantité de 20 à 40 gouttes dans de l'eau, matin, midi et soir.

Disponibles dans divers contenants en pharmacie, vous ferez votre choix, selon votre convenance.
Quant aux tisanes et décoctions destinées à ceux qui préfèrent les cures bios, voici comment les effectuer :

  • faites bouillir 20 à 40 g de feuilles fraîches pendant 3 minutes ;
  • laissez-les infuser dix minutes environ ;
  • recueillez le résidu verdâtre dans une bouteille ou dans une carafe.

Vous boirez un verre de cette infusion 2 à 3 fois par jour hors repas pendant une vingtaine de jours.
Si vous les avez séchées, servez-vous d’une cuillère à café pour mesurer la dose.

Trois cuillerées au plus par litre d’eau suffiraient pour calmer des troubles respiratoires.

Toutefois, si vous augmentez la dose à une cuillerée par tasse, le breuvage devient un véritable vermifuge.
En cas de surdose ou de mauvaise administration, quels sont les risques encourus ?

Les effets indésirables et les contre-indications du Gingko Biloba

À cause de ses propriétés anticoagulantes, le gingko biloba est susceptible de vous causer certains malaises.

En l'occurrence, vous serez empreints à des céphalées, des troubles digestifs ou cutanés.

Mieux, vu qu'il contribue à fluidifier le sang, il est déconseillé aux épileptiques et aux personnes devant subir une opération chirurgicale.

Les premiers courent des risques de convulsions et les seconds, une hémorragie.
Les femmes enceintes et celles qui allaitent devraient éviter la prise de gingko.

En effet, elles sont sujettes à de légers maux gastriques : nausées et diarrhées.

Dans d'autres cas extrêmement rares, elles peuvent souffrir de maux de tête, de démangeaisons ou d'urticaires.

Certaines personnes sensibles déjà soumises au régime du gingko peuvent aussi développer les mêmes symptômes.

Dans ce cas, il est conseillé de réduire les prises jusqu’à complète stabilisation.

Progressivement, on pourra augmenter les doses jusqu'à retrouver la posologie normale.
Vu la vasodilatation de la plante, il est conseillé d'éviter de l’associer à d’autres substances qui fluidifient le sang.

On peut citer : l'ail, l'arnica, le ginseng, la fève, le mélilot, etc.

Logiquement, l'aspirine ou les anti-inflammatoires comme l'ibuprofène ne peuvent se combiner avec le gingko biloba.

Conclusion

Le gingko biloba améliore la circulation sanguine artérielle, veineuse et capillaire.

Il optimise l'oxygénation du cerveau et lutte contre le vieillissement précoce.

Il est conseillé dans le traitement des troubles de la mémoire et des affections cutanées.

Quoique naturel, il est important de ne pas dépasser les doses pharmaceutiques. Les naturothérapeutes recommandent aussi l’utilisation de la plante, notamment chez les sujets âgés affectés de troubles de la mémoire.


Testez votre niveau de santé (2 tests surprenants)

Des millions de personnes utilisent ces 2 tests de santé alternatifs pour suivre leur niveau de stress au quotidien.


Lire aussi :

Point douloureux dans le dos entre les deux omoplates : que faire ?

Pourquoi et comment consommer du Maca du Pérou ?

Catégorie : Alimentation