Régime végan : véritable danger pour santé ?


Auteur : Loris Vitry (thérapeute holistique)
Supervision : Cathy Maillot (ostéopathe)

Avertissement : Consultez obligatoirement votre médecin pour votre santé.


EBOOK + ATELIER VIDEO GRATUIT

Découvrez l'incroyable technique de respiration qui élimine tous vos problèmes liés au stress (angoisse, anxiété, asthme, essoufflement, surpoids, etc). Plus de 20 000 personnes l'utilisent au quotidien !

D'aussi loin qu'on s'en souvienne, l'alimentation a toujours constitué un trait de différenciation entre les hommes, au même titre que l'habillement.

Avec l'entrée dans l'ère de la modernité, les tendances et modes d'alimentation se sont davantage diversifiées.

Régime végan

Ainsi distingue-t-on désormais le végétarisme, le végétalisme et le véganisme.

Le mode alimentaire végan, en particulier, constitue un sujet à controverses au sein des communautés.

Il bouleverse en effet bien des standards préétablis, tant sur le plan alimentaire que social.

Remet-il ou non en cause l'équilibre nutritionnel de l'organisme, au point de représenter un danger ?

Le véganisme sous ses différents contours

Les habitudes alimentaires véganes

Le véganisme va bien au-delà du simple régime alimentaire : c'est un réel mode de vie, dans le plein sens du terme.

Le mot d'ordre de ses pratiquants est bien connu.

Il est basé sur l'exclusion de tout produit d'origine animale du quotidien courant, qu'il soit comestible ou non.

Le véganisme présente notamment la particularité de s'appuyer sur un régime végétalien.

Ceci implique de facto que ni viande, ni poisson, ni œuf ne doivent être inclus dans la ration alimentaire.

Il en est de même pour les produits dérivés tels que le lait ou le miel.

Seule est tolérée la consommation des aliments 100 % issus du règne végétal : légumes, fruits, céréales, légumineuses, etc.

Ainsi, le véganisme est tout un modèle existentiel, qui ne se limite pas qu'à la nutrition.

Les végans sont reconnus, en outre, pour leur militantisme en faveur du monde animal.

Selon eux, toute activité susceptible de générer des nuisances à l'encontre des animaux, quelle qu'elle soit, est à bannir.

Ceci s'étend également à leur habitude vestimentaire : aucun matériau en cuir, laine ou autre matière similaire n'est admis.

Un régime sans protéines animales sujet à questionnement

À l'évidence, une telle conception de vie soulève des interrogations, surtout du côté de l'aspect nutritionnel.

Des carences ne sont-elles pas susceptibles de surgir à la longue chez un adepte du style végan, qui refuse de manger de la viande ?

Surtout lorsqu'on sait que le règne animal fournit d'importants nutriments au corps humain ?

La question des carences inhérentes au véganisme

Les déficits en vitamine B12

Nombreux sont les professionnels de santé, nutritionnistes ou diététiciens à s'appesantir sur les implications du régime végétalien des végans.

À l'instar des végétariens, les pratiquants du véganisme bannissent toute consommation de chair animale.

Toutefois, en plus de ceci, ils s'interdisent aussi les œufs, le lait et tous les produits dérivés.

Pour rappel, l'utilité de ces éléments dans la ration journalière normale a été prouvée depuis longtemps.

On sait notamment que ceux-ci sont une source majeure de vitamine B12.

En quoi cette dernière est-elle essentielle ?

La vitamine B12 intervient dans le cycle de régénération de plusieurs cellules du corps.

Ce qui sous-entend que son absence peut être cause de vieillissement cellulaire prématuré.

Cette substance est de même déterminante dans la production des hématies, communément appelées globules rouges.

Une carence de ce nutriment peut donc potentiellement exposer à des risques d'anémie.

Certaines recettes préparées à base de soja peuvent apporter la vitamine B12 à l'organisme.

Toutefois, celle-ci s'y trouve sous une forme inactive.

La carence en oligo-éléments

Hormis la vitamine B12, plusieurs autres éléments sont déficients du fait de l'alimentation végane exempte de viande, de poisson et de lait.

Il s'agit en l'occurrence du zinc, du fer et de l'iode.

L'iode constitue l'un des éléments susceptibles de manquer dans le corps d'un adepte du véganisme.

On le trouve dans des aliments que sont les fruits de mer (crustacés, huîtres), ainsi que les poissons.

Toutes choses qu'excluent les végans.

Le zinc et le fer sont également des nutriments sur lesquels l'attention est portée.

La viande renferme ces deux éléments en bonne proportion.

Étant donné qu'elle est proscrite dans le mode végan, des habitués peuvent recourir aux sources végétales tels que les fruits et légumes.

Néanmoins, le fer issu du règne végétal n'est pas correctement assimilable par l'organisme.

Seule circonstance atténuante pour les végans : la présence de vitamine C contenue dans les fruits est un plus.

Celle-ci aide en effet à l'absorption du fer.

Autre facteur de déficience : l'absence des acides gras essentiels du type oméga-3.

Ces substances fournissent à l'être humain le bon cholestérol dont le cœur et les artères ont besoin.

On les retrouve surtout dans les poissons gras comme le saumon, le maquereau, etc.

La déficience en protéines

Suivant beaucoup d'assertions communes, la viande, les poissons et les dérivés laitiers sont les sources majeures en protéines.

On peut donc penser, à première vue, que sans consommation de viande et de produits laitiers, les végans sont carencés à ce niveau.

Toutefois, un argument milite en leur faveur.

Les légumineuses, et notamment le soja, les lentilles et les pois chiches, en contiennent en grande proportion.

Malgré tout, une ombre plane à ce niveau.

Les acides aminés essentiels à l'origine de la fabrication des protéines existent sous divers types : 22 au total.

Et ceux-ci, malheureusement, ne se retrouvent pas de façon équilibrée dans les légumineuses.

Certaines d'entre elles en contiennent un type donné, tandis que d'autres en comportent un autre type.

Les acides aminés sont indispensables dans le renforcement des capacités de défense du corps.

Et justement, les chairs animales sont pourvues d'un nombre plus complet de types d'acides aminés.

Pour ôter tout risque de carence, la seule option pour le végan est de consommer fréquemment une grande diversité de légumineuses.

Les alternatives aux produits animaux

Bien que l'alimentation végane soit fortement tournée vers les nourritures végétales, il est possible d'amoindrir son impact dangereux sur le pratiquant.

La supplémentation est la voie la mieux indiquée pour ce faire.

Ainsi, pour restaurer ses besoins en vitamine B12 par exemple, le végan peut se faire prescrire celle-ci auprès d'un spécialiste.

Le déficit en zinc peut aussi être corrigé par ce même moyen.

Le sel iodé en vente dans le commerce est recommandé pour faire face aux besoins de l'organisme en cet oligo-élément.

Pour ce qui est de la carence en acides gras oméga 3, les pharmaciens proposent des suppléments conçus à partir d'algues naturelles.

Ces précautions s'appliquent davantage aux végans qui ambitionnent d'être sportif, que ce soit de façon professionnelle ou occasionnelle.

En effet, les vitamines et minéraux sont bien plus sollicités par le métabolisme physique des sportifs.

Vous êtes vegan ? Complémentez-vous !

Au vu des éléments relatés ci-dessus, le véganisme ne constitue pas irrémédiablement un danger pour ses membres.

Une assiette équilibrée et diversifiée est un premier gage de bonne santé.

À cela s'ajoute l'intégration des suppléments à l'alimentation de façon régulière.

Le conseil d'un spécialiste de santé sera notamment d'un grand bénéfice au végan.

Ces conclusions sont valables pour un adulte en bonne forme.

Cependant, le véganisme peut être risqué pour une femme enceinte par exemple, compte tenu de l'exposition aux carences.

Il en est de même pour les enfants et les personnes âgées.

Personnellement, après plusieurs années de véganisme qui m'ont détruit la santé, je vous conseille plutôt une alimentation équilibrée contenant, fruits, légumes ET produits animaux.


Testez votre niveau de santé (2 tests surprenants)

Des millions de personnes utilisent ces 2 tests de santé alternatifs pour suivre leur niveau de stress au quotidien.


Lire aussi :

Régime sans glucides : avis pour la perte de poids ?

Catégorie : Alimentation