Comment faire le silence en soi (vide mental) ?


Auteur : Loris Vitry (coach personnel)
Supervision : Cathy Maillot (ostéopathe)

Avertissement : Consultez obligatoirement votre médecin pour votre santé.


En développement personnel, la maîtrise des émotions est capitale.

Aujourd'hui avec les exigences de la vie professionnelle, beaucoup travaillent sous pression.

Comment faire le silence en soi (vide mental)

Aussi faudrait-il apprendre à supporter les humeurs de ses collègues voire de ses clients.

Il se pourrait que l'état de vide mental vous apporte davantage de discipline et améliore votre sociabilité.

Pour passer de la prédominance des pensées qui se présentent à soi à leur contrôle, faut-il franchir plusieurs étapes ? Sinon, quelles sont les dispositions à prendre pour établir le silence en soi ?

1- Les préalables : la variation des pensées

Il existe deux méthodes de variation des pensées : la fixation d'un point focal et le fractionnement des émotions.

Chacune des deux opérations doit être mesurée dans le temps.

Cependant, l'usage d'un chronomètre n'est pas souhaitable.

Vous serez tenté d'y jeter des coups d'œil.

Cela ne vous avance en rien, puisque le résultat à atteindre, c'est le calme intérieur.

Toutefois, ce qui est conseillé, c'est de vous équiper d'un minuteur.

Avec un tel dispositif, vous n’avez pas à gérer le temps.

Il suffirait de vous installer et de le déclencher dès que vous vous sentirez capable de commencer.
À défaut d'en avoir un à proximité, utilisez votre téléphone portable.

La fixation d'un point focal

Pour commencer, choisissez un endroit calme, car vide intérieur rime avec silence.

Allongez-vous confortablement pour être en parfait état de relaxation.

Avec de la pratique, vous pourrez le faire assis ou debout.

Fixez pendant une dizaine de secondes un point précis.

Il se pourrait que ce soit un mur, une porte, une fenêtre, un pot de fleurs, etc.
Fermez ensuite les paupières tout en maintenant votre vue sur le point.

Veillez à vous soustraire de toute autre pensée ou émotion (et ce, durant une dizaine de secondes).

Notez dans un carnet le temps qui s'est écoulé au cours de l'exercice.

Donnez-vous un défi, notamment celui d'aller au-delà.

Avec de la pratique et de la détermination, vous y arriverez.

Le fractionnement des émotions

Choisissez également un endroit calme.

Détendez-vous, assis confortablement.

Fermez vos yeux et respirez profondément.

Laissez venir à vous toutes vos pensées de la plus troublante à la moins déroutante.

Ne cherchez ni à les retenir ni à les repousser.

Au début, elles se bousculeront dans votre tête, puis commenceront à se stabiliser.

Observez-les de manière détachée de façon à les répartir rigoureusement dans votre mémoire.

Le flux, d’abord important et désordonné, va peu à peu se structurer.
Au fur et à mesure que les pensées vont se dissiper, vous aurez la sensation de percevoir des émotions plus profondes.

Mieux, vous pourrez vous en souvenir aisément.

Faites cet exercice pendant au moins dix secondes, matin et soir.

Avec de l'exercice et de l'entraînement, vous pourriez passer progressivement de dix à soixante secondes.
Dès que vous auriez fait cet exploit, passez à la phase suivante, celle du contrôle des pensées.

2- L’étape intermédiaire de contrôle des pensées

Pour éviter tout amalgame, faisons d'abord une clarification terminologique.

La variation des pensées, c'est la distinction des pensées.

En revanche, le contrôle des pensées consiste à les examiner et à les dominer.

Ainsi, il s'agira dans cette rubrique d'apprendre à dominer sur les émotions afin de discipliner votre esprit. Deux techniques peuvent être utilisées ici.

1re technique : la synthèse des objets qui entourent mon quotidien

En partant du fait que vous vous étiez focalisé sur un objet, vous devriez ici vous concentrer sur sa couleur.

Ainsi, orientez votre regard sur une porte par exemple.

Fermez les yeux et concentrez-vous tout en inspirant calmement.

Cet exercice aussi est à mesurer dans le temps.

Au bout de quelques secondes (30 à 45), détournez votre esprit de la porte pour ne retenir que sa couleur.

Vous ne pourriez faire ceci que lorsque vous auriez maîtrisé la première phase.

N'essayez donc pas de brûler les étapes.

Une fois que vous avez tout votre mental soumis à cette couleur, ouvrez les yeux et recommencez l'exercice.

Faites-le autant que possible jusqu'à maîtrise totale.

2e technique : le tri des pensées qui fourmillent dans ma tête

Dans la phase précédente, nous nous étions focalisés sur nos pensées dispersées.

Ici, nous aurions à travailler sur les pensées par sélection.

Détendez-vous et laissez vos pensées se bousculer dans votre esprit.

Elles se dissiperont peu à peu.

De toutes vos pensées, restez fixé sur la dernière qui vous trotte à l'esprit.

Ceci est aussi possible, si vous vous accrochez à la première qui retient votre attention.

Surtout, ne forcez pas ! Il faut que cela soit un réflexe naturel, instinctif.

Si vous forcez, vous changez le rythme de vos émotions.

De ce fait, le résultat attendu, le vide intérieur, ne sera pas atteint.

Entraînez-vous à cela tôt le matin ou le soir.
Cependant, en mettant en application, l'une des deux techniques, vous ne devez pas être épuisé ou fatigué.

Vous risquez de vous endormir.

Qu’à cela ne tienne, essayez d'abord de vous rafraîchir ou de vous assoupir.
Vous êtes dorénavant éligible pour la dernière phase, celle du vide mental.

3- Le silence en soi : l’étape de vide mental

Si vous atteignez cette phase, ne pensez pas que vous êtes arrivé au stade final.

Paradoxalement, le stade final n'est atteint que lorsque vous atteignez le vide mental.

À cet effet, choisissez un lieu calme.
Si vous étiez habitué aux images, saisissez-en une.

Fixez votre esprit sur sa couleur.

Fermez vos paupières au bout de trente secondes.

Laissez cette couleur s'étaler et s'étendre dans votre esprit.

Vous vous sentirez comme emporté dans un autre univers.

Restez-y un moment jusqu'à ce que cela devienne une réalité.

Cette couleur aura tendance à se dégrader, puis à se dissiper.

C'est à ce moment que vous serez en état de vide mental.
En revanche, en application de la seconde méthode, fermez vos paupières sans pour autant vous endormir.

Laissez vos pensées vous envahir.

Rejetez toutes les pensées qui vous assaillent.

Libérez votre mental de toutes formes de pensées afin qu’il puisse se déconnecter et s'appesantir sur une seule.

Faites le vide absolu tout en évitant de perdre le contrôle.

De façon progressive, vous y arriverez après plusieurs exercices.

Sachez qu'à cette étape, rien ne peut vous empêcher de vous contenir. Vous atteindrez le vide mental de façon naturelle.
En somme, le vide mental n'a que des avantages : la maîtrise de soi, une bonne concentration, une meilleure gestion du temps.

Le seul obstacle, c'est que vous vous endormiez dans la pratique.

Cependant, la répétition étant un facteur de connaissance absolu, vous pourrez y arriver en vous entraînant.


Testez votre niveau de santé (2 tests surprenants)

Des millions de personnes utilisent ces 2 tests de santé alternatifs pour suivre leur niveau de stress au quotidien.


Lire aussi :

Comment faire face au stress de la crise économique ?

Comment trouver l’amour de sa vie ?

Catégorie : Spiritualité