Les effets du stress chronique sur la santé ?


Auteur : Loris Vitry (coach personnel)
Supervision : Cathy Maillot (ostéopathe)

Avertissement : Consultez obligatoirement votre médecin pour votre santé.


Le stress est défini comme un phénomène d’adaptation de l’organisme face à une situation inhabituelle.

C’est un réflexe qui conduit l’organisme à sécréter des hormones pour se donner de l’énergie.

Les effets du stress chronique sur la santé

Le stress n’est donc pas une maladie.

Cependant, quand il perdure, il peut causer des dysfonctionnements, sources de plusieurs pathologies dont voici quelques-unes.

Les maladies vasculaires cardiaques

En situation de stress, l’organisme sécrète l’adrénaline en grande quantité.

On assiste alors à une fréquence cardiaque élevée, et le cœur bat rapidement.

Par conséquent, la pression artérielle augmente et on remarque un afflux du sang dans les divers organes.

Ceux-ci ayant besoin de l’oxygène que leur apporte le sang, pour avoir de l’énergie et lutter contre le stress.
Cependant, les vaisseaux sanguins sont souvent très réduits pour assumer un tel trafic.

Il y a alors un durcissement des artères et un épaississement du sang, pour limiter les risques de blessures.

Ce dérèglement est alors à la base des accidents cérébraux et des pathologies cardiaques.

Les problèmes dermatologiques

Lorsque l’organisme fait face à un stress chronique, même la peau n’est pas épargnée.

Les vaisseaux sanguins de la peau sont aussi impactés par la situation.
En effet, lorsque l’organisme commence par réagir aux anxiogènes, il préfère nourrir les organes au détriment de la peau.

Le sang tout le sang est conduit vers les muscles laissant les vaisseaux sanguins superficiels.

L’épiderme se retrouve alors en carence des éléments nutritifs.

Il devient alors tout pal ou il rougit complètement.

On assiste parfois à un vieillissement prématuré de la peau.
Par ailleurs, des maladies plus ou moins graves de la peau peuvent en résulter.

Cela devient possible parce que la défense de l'organisme à ce niveau est affaiblie.

L’épiderme est alors en proie à toutes formes d’agressions et ne pourra se défendre convenablement.

Vous pouvez être confronté à l’urticaire ou le psoriasis.

La surproduction du cortisol peut conduire à un excès de sébum et par conséquent, l’apparition des acnés.

Les troubles capillaires

En période de stress, l’afflux sanguin est beaucoup moins dirigé vers la chevelure.

Les vaisseaux sanguins à ce niveau reçoivent moins de sang.

On assiste alors à un ralentissement de la croissance des cheveux.

Dans certains cas, le stress chronique peut entraîner la chute des cheveux.
L’absence d’afflux sanguin dans la zone capillaire peut rendre le cuir chevelu vulnérable.

Il est donc incapable de résister à certaines attaques.

Il peut alors vous démanger et pousser à vous gratter en risquant de vous blesser.

Ces blessures peuvent s’agrandir en raison de l’absence d’anticorps dans la zone.
Le cuir chevelu peut être douloureux et laisser apparaître des pellicules et/ou un détachement de la peau à cette partie.

L’affaiblissement du système immunitaire

Un organisme en parfaite santé est en mesure de lutter contre les agressions extérieures et toute forme de microbes.

Cette capacité de l’organisme à se défendre contre les virus lui est conférée par le système immunitaire.

En revanche, si l’organisme est occupé à lutter contre une menace immédiate il n’est plus aux aguets.

C’est ce qui arrive lorsque le stress devient chronique, car l’organisme emploie toutes ses ressources pour le combattre.
Une bonne partie de l’organisme est donc délaissée, causant ainsi une déficience du système immunitaire.

L’organisme devient alors vulnérable aux nouvelles agressions extérieures, mais aussi aux anciennes.

Cela signifie que les infections partiellement maîtrisées se déclenchent à nouveau et le processus de guérison s’interrompt.

Les symptômes s’aggravent alors et on assiste à un stade plus évolué de la maladie à cause du stress.
Il faut noter aussi que l’affaiblissement du système immunitaire peut être à l’origine de nouvelles allergies.

Les troubles digestifs

Les conséquences du stress s’étendent aussi à votre appareil digestif par le même processus.

L’organisme trop occupé ailleurs n’arrive plus à remplir ses fonctions dans cette partie.

Il y a alors un ralentissement qui s’exprime par le dérèglement de l’activité intestinal et du système digestif.

L’organisme n’arrive plus à bien digérer les aliments et les problèmes apparaissent.
Le résultat de ce dérèglement se traduit par les brûlures d’estomac, le ballonnement est les remontées acides.

On note aussi la constipation, l’indigestion, la diarrhée, l’irritation du colon, l’ulcère gastro-duodénal.

La prise de poids

Lorsque vous êtes sujet à un stress chronique, votre ligne en subit les conséquences.

La prise du poids se fait remarquer de manière générale puisque votre manière de vous alimenter change.

Lorsque le stress est lié au travail, on consacre moins de temps à se nourrir en avalant son repas d’un trait.

De plus, on ne met plus l’accent sur les repas de santé.
Par ailleurs, lorsque l’on est stressé, on a beaucoup tendance à vouloir manger.

Ceci est en réponse au message de faim qu’envoie le cortisol au cerveau.

Ce dernier exige alors une alimentation de l’organisme pour se remettre d’une attaque.

En revanche, la plupart des aliments qui réconfortent dans ce cas ne sont pas toujours bons pour une bonne ligne.

Les troubles du sommeil

Ce n’est pas nouveau pour vous d’apprendre que le stress et le sommeil ne vont pas de pair.

Cela est expliqué par deux aspects, psychologiques et physiologiques.
En effet, le soir, on se ressasse les événements marquants de la journée en pensant à celles du lendemain.

L’anxiété prend alors le contrôle, car le cerveau est trop fatigué pour se mettre dans une lutte.
Par ailleurs, l’aspect physiologique joue aussi un grand rôle dans la perte du sommeil.

Le stress rend le nerf sympathique dysfonctionnel.

En temps normal, ce dernier doit se mettre en veille pour permettre à l’organisme de se reposer.

Cependant, en situation de stress, il reste en alerte pour pouvoir lutter contre d’éventuelles menaces de l’organisme.

Les trous de mémoire

Le processus de mémorisation est rendu possible grâce à l’action de l’hippocampe.

En revanche, en situation de stress, l’organisme libère un très grand taux de cortisol.

Cette hormone endommage les cellules nerveuses au niveau de l’hippocampe.

Ainsi, les fonctions cognitives commencent par subir les conséquences de cette attaque.

Il est donc rare de voir des personnes stressées se concentrer ou d’avoir de bons jugements.

La diminution de la libido

En cas de stress, certaines parties du cerveau comme l’hypothalamus fonctionnent au ralenti.

Il n’y a donc plus la production des hormones sexuelles donc moins d’envie de faire l’amour.

Les troubles reproductifs

Lorsqu’une femme est sujette à un stress chronique, son cycle menstruel en prend un coup.

Il devient irrégulier et parfois douloureux.

Si elle est à la ménopause, les bouffées de chaleur sont accentuées.
Chez l’homme, on assiste à un trouble d’érection et parfois une oligospermie.

Conclusion

Lorsque le stress devient chronique, ses conséquences sur la santé peuvent être plus ou moins graves, voire destructives.

Il faut donc les combattre par des moyens appropriés pour un retour rapide à la normale.


Testez votre niveau de santé (2 tests surprenants)

Des millions de personnes utilisent ces 2 tests de santé alternatifs pour suivre leur niveau de stress au quotidien.


Lire aussi :

Les bienfaits et dangers de la douche froide ?

Les meilleurs compléments alimentaires anti-stress ?

Catégorie : Stress