Thérapie comportementale et cognitive : comment se déroule une séance ?


Auteur : Loris Vitry (thérapeute holistique)
Supervision : Cathy Maillot (ostéopathe)

Avertissement : Consultez obligatoirement votre médecin pour votre santé.


EBOOK + ATELIER VIDEO GRATUIT

Découvrez l'incroyable technique de respiration qui élimine tous vos problèmes liés au stress (angoisse, anxiété, asthme, essoufflement, surpoids, etc). Plus de 20 000 personnes l'utilisent au quotidien !

Nombreux sont ceux qui confondent les séances de thérapie classique avec les séances de thérapie de comportementale et cognitive, ou TCC.

Pourtant, ces deux types de thérapies sont bien différentes l'une de l'autre.

Thérapie comportementale et cognitive

En effet, lors de la TCC, le spécialiste ne se contente pas d'écouter sans parler.

Il s’implique dans la séance de thérapie cognitive, répond aux questions et échange avec le patient.

Voici comment se déroule une séance de thérapie comportementale et cognitive.

Qu’est-ce qu’une thérapie comportementale et cognitive ?

La thérapie comportementale et cognitive est une discipline de la psychothérapie, à laquelle s’ajoute de la psychologie scientifique.

C’est un traitement dont le but est d’aider les personnes à traiter leurs problèmes comportementaux.

Il s’agit généralement des addictions, de l’anxiété, de la colère, des différents types de phobies, des troubles de personnalité, ou encore des problèmes relationnels, par exemple.

La TCC est une combinaison d’exercices, à pratiquer au cours des séances, et d’objectifs quotidiens à atteindre, pour influer les habitudes inconscientes de la personne.

Reconnue pour son efficacité, cette thérapie agit non seulement sur l’acte physique involontaire de la personne traitée, mais aussi sur la pensée précédant l’action.

C'est d'ailleurs ce qui lui permet de donner au patient un nouveau modèle de comportement après l’avoir désensibilisé.

Son efficacité dépend énormément de la qualité de la relation établie entre le psychothérapeute et son patient. 

Il s’agit d’un point essentiel, car la thérapie s’appuie sur une relation thérapeutique de coopération et de confiance.

À cela s’ajoute la détermination, jugée sur les résultats.

Selon le cas, un traitement médicamenteux peut accompagner la thérapie comportementale et cognitive.

Quel est le but de la thérapie comportementale et cognitive ?

Le but de la TCC est de transformer les comportements inadéquats et les pensées négatives par des réflexes et des idées qui s’accordent avec la réalité.

Pour cela, le psychothérapeute doit reconnaître, évaluer et soigner les troubles dans une vision d’ici et maintenant.

Il doit étudier les comportements et les raisonnements du patient pour l’aider à dominer ses problèmes comportementaux et émotionnels.

Enfin, il doit utiliser des techniques spéciales pour prévenir les risques de rechute.

La finalité est de permettre au patient de devenir, à la fin de la thérapie, son propre psychothérapeute.

La TCC permet au patient de reconnaître le lien entre les attitudes, les pensées et les émotions contestables, mais également de changer les modèles de pensée dysfonctionnels.

En outre, elle lui permet de délaisser les attitudes désagréables, afin d’apprendre des modèles de comportements appropriés.

Thérapies cognitives : un processus qui s'inscrit dans la durée

La thérapie comportementale et cognitive s’étend sur une durée de 4 à 12 mois.

Elle ne dépasse généralement pas les 12 mois, et est composée de 12 à 24 séances en moyenne.

Les séances sont programmées à la semaine et durent de 30 minutes à une heure environ.

Dans la majorité des cas, la séance dure généralement 45 minutes.

En cas d’indisponibilité, le patient peut suivre la thérapie une fois toutes les 2 semaines.

Le déroulé d'une séance de psychothérapie comportementale

Les séances de TCC ne se déroulent jamais exactement de la même manière, puisqu'elles ont pour but d’obtenir chaque fois une progression.

Cette amélioration peut être petite ou grande, tout dépend du patient.

Toutefois, en dehors de la première séance, toutes les autres sont structurées de façon identique.

  • Accueil et vérification des tâches à réaliser à la maison (s’il y en a).
  • Le planning et le thème de la séance sont définis.
  • Le thérapeute utilise régulièrement des techniques de questionnement et de reformulation, accompagnées par des techniques comportementales, cognitives, interpersonnelles et émotionnelles pour changer les pensées et les modèles cognitifs considérés comme la source des difficultés du patient (jeux de rôles, discussions…).
  • Le patient fait un résumé de la séance et en discute avec le thérapeute.
  • Le patient fait un retour au thérapeute sur son comportement lors de la séance.
  • Le thérapeute définit les tâches comportementales et cognitives que le patient doit pratiquer dans la vie quotidienne. Il s’agit généralement de petits exercices à effectuer avant la prochaine séance.
  • Le psychothérapeute établit enfin, avec le consentement du patient, les principaux points à aborder dans l’agenda de la séance prochaine.
  • La prise de congé.

Les progrès sont fréquemment mesurés.

Des questionnaires et des auto-observations sont également réalisés pour évaluer les changements.

La première rencontre du thérapeute et de son patient

À la première séance, le psychothérapeute se contente d’écouter le patient.

C'est ce qui lui permet de déterminer le problème de celui-ci.

En effet, le patient ne se contente pas de parler, il décrit ce qu’il ressent, ce qu’il vit.

Il répond également aux questions que lui pose le thérapeute.

À la fin, le spécialiste, sur la base des informations recueillies, établit une liste.

Celle-ci comporte les moments les plus angoissants figurants dans le récit du patient.

Ensuite, il explique et éclaircit les points pouvant aider la personne à comprendre son malaise.

Il lui prodigue des conseils et lui fait comprendre qu’il est là pour l’aider à trouver des solutions.

Pour finir, le thérapeute et le patient mettent en place un contrat.

Il donne une idée approximative de la façon dont les autres séances se dérouleront, et des méthodes qui seront utilisées.

Le prix des thérapies cognitives

Le tarif d’une séance de TCC varie en fonction du spécialiste que vous consultez.

Il peut s’agir d’un psychiatre ou d’un psychologue.

Chez un psychologue, le prix par séance est compris entre 60 et 70 €.

Il est possible d’en bénéficier gratuitement lorsqu'on se trouve dans un cadre hospitalier.

Si vous optez pour un psychiatre, comptez entre 80 et 130 € par séance (cabinet privé).

En revanche, dans les hôpitaux, vous débourserez 37 € pour une séance avec une psychiatre.

La bonne nouvelle est que la Sécurité sociale prend partiellement en charge ces frais.

Conclusion

En conclusion, la thérapie comportementale et cognitive est une thérapie qui permet de soigner les troubles comportementaux et émotionnels comme : les troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie, orthorexie, etc), les troubles anxieux comme l'anxiété sociale ou l'agoraphobie, la résolution de problèmes relationnels, etc.

Le thérapeute utilise de nombreux outils comme la relaxation, l'hypnose, le changement d'habitude progressif, l'exposition progressive, l'analyse fonctionnelle, l'affirmation de soi par des pensées positives, etc.

Le succès d'un changement implique que les objectifs soient notés, et que les méthodes thérapeutiques et les résultats soient fréquemment évalués.

À la différence des autres types de traitement, ce sont les exercices et les échanges qui meublent les séances de TCC.

Les TCC sont un véritable passage à l'action !


Testez votre niveau de santé (2 tests surprenants)

Des millions de personnes utilisent ces 2 tests de santé alternatifs pour suivre leur niveau de stress au quotidien.


Lire aussi :

Causes et dangers de la graisse viscérale ?

Trouver des excuses : comment arrêter pour passer à l’action ?

Catégorie : Psychologie