Yoga Pranayama et respiration: comment pratiquer sans danger?

Avertissement: Cette page ne présente qu'un point de vue alternatif. Consultez obligatoirement votre médecin en matière de santé.

Salut,

dans cette vidéo, vous allez découvrir comment fonctionne le pranayama, quel est son but physiologique au niveau de la chimie de votre corps.

Vous découvrirez aussi pourquoi je n'enseigne plus le pranayama traditionnel et pourquoi je le déconseille à la plupart des individus.

Je suis loris vitry, yoga thérapeute et coach en respiration et j'ai déjà aidé au travers de mes formations alternatives des milliers de personnes à bien respirer au quotidien.

Si vous pratiquez le yoga, le prayanama, ou tout type d'exercice de respiration, je vous conseille vivement de suivre cette vidéo jusqu'au bout car elle va clarifier vos objectifs mais surtout l'objectif sous jacent de tout exercice de respiration.

Textes officiels du Yoga

Dans les plus célèbres textes du Yoga tels que le Hatha Yoga Pradipika, le Shiva Samitha et bien d'autres (ce sont les équivalents de la Bible ou du Coran pour le Yoga)... il est dit que le but du Yoga est atteint quand la respiration cesse. Voici quelques extraits...

Hathayoga Pradipika (15th century)

"3. So long as the (breathing) air stays in the body, it is called life. Death consists in passing out of the (breathing) air. It is, therefore, necessary to restrain the breath."

Traduction : Aussi longtemps que l'air reste dans le corps, c'est appelé la Vie. La mort consiste à laisser sortir l'air. C'est pourquoi, nous devons restreindre la respiration.

Note perso : il est indiqué de calmer sa respiration en la restreignant...

The Shiva Samhita (17-18 century)

"39. When the Yogi can, of his will, regulate the air and stop the breath (whenever and how long) he likes, then certainly he gets success in kumbhaka, and from the success in kumbhaka only, what things cannot the Yogi commend here?"

Traduction : Quand le yogi peut contrôler à souhait l'air qu'il respire et arrêter sa respiration quand et aussi longtemps qu'il le veut, il obtient le succès dans kumbhaka (mot désignant la rétention du souffle en yoga), le yogi peut contrôler ce qu'il désire ici.

Note perso : il est indiqué que celui qui contrôle et calme sa respiration au maximum développe un certain pouvoir intérieur...

"53. Then gradually he should make himself able to practice for three gharis (one hour and a half at a time, he should be able to restrain breath for that period). Through this, the Yogi undoubtedly obtains all the longed for powers."

Traduction : Progressivement, il doit pratiquer pendant 1h30 et devrait pouvoir retenir sa respiration pendant cette période. Ainsi, le yogi obtient tous les pouvoirs.

Note perso : Il est indiqué qu'en ayant une respiration si calme et si subtil on développe des aptitudes physiques et psychiques...

"57. When he gets the power of holding breath (i.e., to be in a trance) for three hours, then certainly the wonderful state of pratyahar is reached without fail."

Traduction : Quand il obtient le pouvoir sur la rétention du souffle pendant 3 heures, il atteint le merveilleux état de pratyahar (correspond à un état de retrait des sens dans le yoga ou l'état d'absorbtion dans la méditation, état avant l'illumination).

Note perso : Il est indiqué que le calme maximal de la respiration est requis pour entrer dans un véritable état de méditation. Vous avez surement déjà remarqué que votre souffle s'apaise quand vous méditez même quelques minutes... En méditant plus longtemps (lors de retraite par exemple), certaines personnes expérimentent même l'arrêt de la respiration, rien d'extraordinaire là dedans...

The Yoga Sutra of Patanjali (4th-2nd century BC)

"Pranayama [the main breathing exercise in yoga] is the cessation of inspiratory and expiratory movements."

Traduction : Pranayama (le principal exercice dans le yoga) est l'arrêt de l'inspiration et de l'expiration.

Note perso : Dans le yoga, on sait que la respiration est liée au mental. Le mental active le souffle, mais calmer le souffle apaise le mental. C'est ce que font tous les maîtres en respiration, calmer leur respiration au maximum pour apaiser pour éteindre leur mental.

The Gheranda Samhita (15-17 century)

"7. Wherenever the yogi may be, he should always, in everything he does, be sure to keep the tongue upwards and constantly hold the breath. This is Nabhomudra, the destroyer of diseases for yogis."

Traduction : Le yogi doit toujours constamment garder sa langue vers le haut et retenir sa respiration. C'est Nabhomudra (mot désignant une pratique de yoga), le destructeur des maladies.

Note perso : C'est une technique de yoga tantrique qui consiste à retourner sa langue pour "freiner" le passage de l'air. C'est une technique très avancée en yoga qu'on n'utilisera pas ici.

Yoga pranayama et respiration

Comment faire du yoga pranayama sans danger quand on est débutant?

Tout d'abord, je dois vous raconter rapidement mon parcours pour comprendre pourquoi je n'enseigne plus le pranayama traditionnel alors même que j'ai été formé au hatha yoga.

Justement, j'ai été formé pendant plus de 5 ans au hatha yoga et j'ai appris plus d'une centaine de techniques de pranayama que j'ai pratiqué assidument au quotidien.

Mais malheureusement au fil de ma pratique, j'ai dû arrêter car j'ai vécu un burn-out qui correspond à un épuisement complet du système nerveux et plus précisément des glandes surrénales, celles qui correspondent au premier chakra du corps, le chakra de la base, en bas de la colonne vertébrale.

A ce moment, j'ai rencontré un autre maître, le docteur Buteyko, lui même pratiquant de yoga, mais surtout spécialiste de la respiration qui m'a mis en garde contre les dangers du pranayama.

A cette époque, j'ai découvert son test respiratoire qui confirmait mon état d'épuisement nerveux. Le test était simple, il suffisait de faire une apnée respiratoire le matin au réveil, mais une apnée après une expiration.

Vous retenez donc votre souffle après votre expiration, mais il ne faut pas forcer.

Mon score était de 9 secondes alors que la norme physiologique d'un individu en bonne santé est de 40 secondes selon le docteur buteyko et son équipe de médecins.

Le docteur Buteyko insistait en disant qu'une personne ayant une score en dessous de 40 secondes ne doit pas pratiquer le pranayama du yoga car elle n'a pas suffisamment de souffle pour en tirer les bénéfices.

Dit autrement, si vous n'avez pas une respiration normale, un système nerveux en bon état de marche, vous devez absolument éviter tout exercice de pranayama parce que cela vous ferait plus de mal que de bien.

Vous devez vous focaliser uniquement sur le fait d'avoir une bonne respiration au quotidien.

C'est évidemment ce que j'ai fait. J'ai arrêté complètement le pranayama traditionnel, les exercices du yoga, pour apprendre à bien respirer 24h sur 24 avec des exercices basiques.

Mais cela peut être troublant pour la plupart des gens...

Qu'est ce que ça veut dire de bien respirer 24h sur 24 ?

Et bien c'est très simple !

Une bonne respiration 24h sur 24 permet d'équilibrer le couple oxygène et co2 dans votre corps. C'est l'objectif principal de la respiration, maintenir ce qu'on appelle l'équilibre acido basique du corps tout entier.

En effet, l'oxygène est une base et le co2 un acide. L'équilibre acido basique est donc maintenu en permanence par votre respiration et de manière très secondaire par votre alimentation.

Avoir une bonne respiration signifie donc avoir un bon équilibre acido basique et le test de la méthode Buteyko permet justement de mesurer cela grâce à son test d'apnée après une expiration.

En effet, après expiration, vos poumons sont vides, votre temps d'apnée dépendra donc de vos réserves d'oxygène dans vos cellules, donc du niveau d'alcalinité de votre corps, dit autrement, de votre niveau d'oxygénation cellulaire.

40 secondes est donc la norme.

Une fois que vous avez ce score tous les matins pendant plusieurs mois, vous pouvez commencer à pratiquer le pranayama traditionnel du yoga.

Le docteur Buteyko disait souvent plusieurs choses.

Premièrement, il disait : en dessous de 40 secondes, l'individu vit dans la souffrance.

Clairement, pour lui, une mauvaise respiration est la cause ultime de tous les problèmes de santé. En fait, c'est le stress qui est la cause ultime de vos problèmes, mais le stress équivaut à une mauvaise respiration, ils sont liés.

Rétablissez votre respiration, rétablissez votre équilibre acido basique seconde après seconde et vous retrouvez la santé naturellement parce que vous éliminez votre stress.

C'est aussi simple que ça.

Puis, le docteur Buteyko disait, la respiration est si puissante qu'elle peut sublimer un individu s'il respire bien ou le détruire s'il respire mal.

Justement, pourquoi le pranayama m'a amené au burn-out et à la destruction en quelque sorte. Je parle de moi, mais au travers de ma formation, j'ai rencontré des centaines de pratiquants de yoga qui se sont détruits en pratiquant mal les exercices de pranayama.

A l'époque, comme énormément de pratiquants, je n'avais pas compris l'essence même du yoga pranayama, je n'avais pas compris l'objectif physiologique, l'objectif chimique des techniques de respiration.

Je respirais donc mal, très très mal, même si je suivais avec précision les techniques enseignées.

Les techniques sont très précises, mais la manière de les exécuter diffère complètement d'un individu à l'autre. C'est la raison pour laquelle je ne donne plus de cours collectif mais uniquement des cours individuels pour adapter chaque exercice à l'individu.

Cours de physiologie sur le pranayama et la respiration

Voyons maintenant la physiologie du pranayama.

Dans la plupart des textes officiels du yoga, il est dit que l'objectif du yoga est atteint quand la respiration s'immobilise.

Pourquoi ?

Parce qu'un esprit calme équivaut à une respiration calme. Un esprit immobile, objectif de tout yogi, équivaut à une respiration immobile.

Dit autrement, l'objectif du pranayama est de respirer de moins en moins, de manière de plus en plus calme, de plus en plus lente et subtile pour apaiser de plus en plus votre esprit.

A l'époque, j'étais tombé dans un piège terrible, le fait de croire qu'il faut respirer plus pour s'oxygéner plus. Je pratiquais le pranayama avec la croyance que je devais respirer beaucoup plus que la normale pour mieux m'oxygéner.

Malheureusement, c'est tout l'inverse.

Le pranayama doit se pratiquer en gardant à l'esprit que le souffle doit devenir de plus en plus invisible, bref respirer de moins en moins.

Je vous mettrais en dessous de la vidéo la source des textes officiels du yoga qui indiquent justement qu'il faut respirer moins.

Puis, pour être encore plus technique, l'objectif du yogi est d'accumuler de plus en plus de CO2 dans son corps pour augmenter ce que le docteur Buteyko appelle la tolérance au CO2.

Dit autrement, plus votre tolérance au CO2 est grande, plus vous avez du souffle, plus vous pouvez manipuler votre respiration et donc toutes les variables de votre corps.

Car votre souffle est connecté à votre cerveau reptilien, celui qui gère votre corps tout entier.

Il gère votre corps par l'intermédiaire des chakras, qui ne sont ni plus ni moins que les glandes endocriniennes de votre corps.

Toute l'énergie est ensuite redistribuée par l'intermédiaire du système nerveux.

En manipulant votre respiration, vous manipulez donc votre énergie et tout votre système nerveux ainsi que vos glandes endocriniennes.

Bienfaits du yoga pranayama et de la respiration

Ainsi une bonne respiration permet de normaliser :

chakra 1

glandes surrénales

c'est toute votre gestion du stress, votre capacité à gérer le stress

chakra 2

glandes sexuelles, testicules ou ovaires

c'est votre libido, votre énergie sexuelle

chakra 3

pancréas

c'est votre capacité digestive

chakra 4

thymus

c'est votre système immunitaire

chakra 5

thyroide

c'est votre métabolisme énergétique

chakra 6

hypophyse

c'est votre mental, votre intellect

et chakra 7

pituitaire

c'est votre sentiment d'être connecté à plus grand que vous, tout ce qui est lié à la spiritualité

autant vous dire que votre respiratoire est véritablement puissante dans les deux sens...

une bonne respiration vous sublime

mais une mauvaise respiration vous détruit

Et une bonne respiration est directement reliée à une bonne concentration en CO2 car c'est la seule variable que votre respiration régule en permanence.

Comme je l'explique dans mon ebook sur la respiration intermittente, que vous pouvez lire en cliquant sur le lien en dessous de la vidéo, l'oxygène est en abondance partout autour de nous, dans nos poumons, mais aussi dans notre sang qui en est saturé en permanence !

Par contre, le CO2 varie en permanence, sur chaque souffle.

C'est justement cette variable que les yogis manipulent par les techniques de respiration anti stress.

Justement voyons les techniques les plus populaires, les plus pratiqués dans le yoga, et voyons exactement comment elles fonctionnent.

Pranayama Kapalabathi ou la respiration du feu

Premièrement, nous avons la respiration kapalabathi, qui est appelée aussi la respiration qui fait briller le crane ou la respiration du feu.

Voila ce que ça donne

...

Cette technique de souffle a plusieurs objectifs.

Le premier objectif est de stimuler la glande pituitaire avec des petites impacts du souffle dans la cavité nasale car la pituitaire est situé juste derrière, au centre du cerveau.

Le fait de faire briller le crane correspond à l'éveil de la conscience, l'ouverture de la glande pituitaire, 7e chakra couronne.

Mais physiologiquement parlant, l'objectif est d'augmenter subtilement votre niveau de CO2.

Comment ? En hypoventilant...

Pas en respirant plus, mais en respirant moins...

Et oui, en expirant comme cela,

cc

cc

cc

l'inspiration est invisible. Vous n'inspirez quasiment pas d'oxygène, ce qui va engendrer un déséquilibre chimique dans votre corps, et plus précisément une accumulation de CO2 dans vos poumons même si vous en expirez sur chaque expiration.

Justement, la technique doit être suffisamment subtile pour ne pas expirer trop de CO2 sur chaque souffle afin d'en accumuler suffisamment dans les poumons.

C'est très subtile, la personne lamba, stressée et agitée par le monde et la société ne connait pas cette subtilité nécessaire pour manipuler sa chimie corporelle.

Malheureusement, les pratiquants de pranayama qui cherchent à diminuer leur stress, finissent par faire l'opposé, parce que la plupart hyperventile plutot qu'hypoventiler.

Les individus commencent l'exercice et s'essoufflent rapidement, ils perdent leur souffle et sont obligés de prendre de grandes inspirations qui vont amener beaucoup trop d'oxygène et casser l'objectif qui était l'augmentation du CO2.

Les grandes inspirations vont déséquilibrer la chimie du corps, mais dans le sens inverse, en le rendant trop alcalin, ce qui créé ce qu'on appelle un stress oxydatif, trop d'oxygène.

Donc si vous voulez continuer à pratiquer kapalabathi, faites le le plus subtilement possible et arrêtez vous avant d'être essoufflé et de devoir prendre de grandes inspirations.

Pranayama bastrika ou soufflet de forge

Ensuite, nous avons la technique bastrika, appelée aussi le soufflet de forge.

Dans une forge, le soufflet permet d'attiser le feu pour faire fondre le métal.

Dans dans le corps, de quel feu parle t-on ?

Et bien le feu du ventre, avec le dieu agni qui s'y trouve, justement agni qui est le dieu du feu.

Cette technique Bastrika a pour objectif la purification du système digestif en activant le pancréas et la sécrétion d'acides digestives.

Elle va aussi stimuler le mouvement naturel des intestins pour activer la digestion et l'élimination des matières fécales.

Pour bastrika, ça donne ça :

cc

cc

cc

cc

Quel est l'objectif physiologique de cette technique ?

Toujours et encore accumuler plus de CO2 en respirant moins d'oxygène.

La technique doit être suffisamment subtile pour déséquilibrer la chimie du corps en augmentant l'acidité du corps.

Augmenter l'acidité signifie accumuler plus de CO2 qui est un acide.

Pourquoi augmenter l'acidité ?

Et bien pour pouvoir ensuite retrouver l'équilibre avec un style de vie alcalin.

Manger alcalin, c'est à dire des aliments naturels

Boire de l'eau qui alcalinise le corps

Respirer qui amène de l'oxygène et donc alcalinise votre corps

Par contre, si vous respirez trop d'oxygène,

si votre respiration augmente déjà l'alcalinité de votre corps...

et bien vous allez être attiré par des produits acides pour retrouver l'équilibre.

Vous aurez un style de vie acide, alimentation industrielle, pensées acides négatives, etc...

C'est toujours qu'une histoire d'équilibre acido basique, d'équilibre entre CO2 et oxygène.

Toute technique de souffle doit donc acidifier votre corps en accumulant du CO2 pour pouvoir l'équilibrer par un style de vie alcalin, un style de vie sain.

Pour accumuler plus de CO2 avec la technique bastrika, il convient d'expirer 2 fois plus que vous n'inspirez pour créer ce déséquilibre chimique.

Mais ici encore, si l'individu n'a déjà pas une bonne respiration de base, il va avoir tendance à hyperventiler, à respirer beaucoup trop, à perdre son souffle et donc à diminuer son niveau de CO2.

Pranayama et respiration abdominale profonde

Et enfin, la respiration profonde.

La technique de respiration la plus populaire, la plus simple, est aussi surement la plus piège d'entre toutes car il est si facile de tomber dans une forme d'hyperventilation chronique, c'est à dire de respirer trop plutôt que de respirer moins.

Encore une fois, les gens pratiquent la respiration profonde avec la croyance qu'il faut respirer plus pour s'oxygéner plus, alors qu'en vérité, la respiration même si elle est profonde, doit vous faire respirer beaucoup moins d'air à chaque minute.

Ce n'est pas le cas pour 90% des pratiquants qui respirent plus d'oxygène en pratiquant la respiration profonde.

Cela demande des mois de pratique pour bien pratiquer la respiration profonde et sentir intérieurement ce déséquilibre chimique en respirant moins.

Comment bien faire et bien pratiquer le yoga pranayama de base ?

Que ce soit kapalapathi, bastrika ou encore la respiration profonde, il y a 3 critères importants à respirer !

Le premier est que vous devez sentir votre chaleur corporelle augmenter, c'est le signe de l'augmentation de votre métabolisme énergétique.

Si jamais, vous avez les mains ou les pieds froids, ou encore une sensation de tête qui tourne, vous êtes en train d'hyperventiler et cela vous détruira à petit feu.

Le deuxième, c'est que votre temps d'apnée le matin au réveil doit augmenter semaine après semaine et se rapproche des 40 secondes.

Et enfin, vous devez garder en mémoire que vous devez respirer moins et certainement pas plus d'air.

D'ailleurs, si jamais vous avez moins de 40 secondes, je vous déconseille fortement toutes ces techniques de pranayama car elles ne vous apporteront rien.

Au travers de ma formation sur la respiration intermittente, j'ai rencontré des centaines de pratiquants de yoga qui étaient complètement épuisés, anxieux, fatigués et perdus dans leur pratique.

Ils pratiquaient tous le pranayama, mais de la mauvaise façon.

Plutôt que d'accumuler plus de CO2 en respirant de moins en moins mais de mieux en mieux, ils sont tous tombé dans une forme d'hyperventilation chronique en respirant toujours de plus en plus souvent avec la respiration profonde et des exercices d'hyperventilation, ce qui diminue leur concentration en CO2.

Le CO2 est véritablement la clé du yoga, la clé du pranayama, car le CO2 possède 3 caractéristiques puissantes.

Premièrement, le CO2 permet l'oxygénation. L'effet physiologique Bohr dit que les cellules qui produisent le plus de CO2 attirent à elles le plus d'oxygène.

Plus votre corps produit et accumule du CO2, mieux vous vous oxygénez.

Deuxièmement, le CO2 a un effet dilatateur.

Quand on parle d'ouvrir et de dilater les chakras du corps, ce n'est possible qu'avec un seul élément: le CO2.

C'est cette molécule qui va dilater les bronches de vos poumons, qui va dilater votre réseau artériel, qui va dilater vos cellules musculaires, nerveuses, et évidemment vos glandes endocriniennes dont on sait qu'elles se crispent et diminuent en taille au fil des années.

Et enfin, le CO2 a un effet sédatif.

Plus vous accumulez du CO2, plus vous apaisez vos cellules nerveuses. C'est d'ailleurs pour cela que ma méthode de respiration intermittente marche si bien sur les crises d'angoisse, les phobies, le stress... parce que le CO2 apaise tout votre corps et surtout votre cerveau.

Fini les pensées agitées, chaotiques, négatives, etc.

Plus vous accumulez du CO2, plus vous pouvez expérimenter le calme intérieur, la paix intérieur, le calme de l'instant présent, et c'est exactement ce que tous les yogis recherchent...

Mais cela n'est possible qu'en accumulant plus de CO2.

Et cela n'est possible qu'en ayant une bonne respiration 24h sur 24 !

Des millions de personnes perdent leur temps en méditant quotidiennement car elles ne savent pas comment respirer.

Si elles n'apprennent pas d'abord à réguler, à normaliser leur respiration et donc leur niveau de CO2, elles n'apaiseront jamais leur cerveau et leur corps.

A partir de 40 secondes au test d'apnée, vous pouvez commencer à pratiquer le pranayama, mais à ce stade, vous n'avez plus vraiment besoin de moi, ni même d'un professeur de yoga, ni d'un sophrologue, car vous avez compris intérieurement, vous avez ressenti en vous même, ce que signifie avoir une bonne respiration.

Vous sentez que votre diaphragme est débloqué, vous sentez l'accumulation de CO2 qui vous apaise, qui vous dilate et qui vous oxygène de plus en plus.

Vous sentez évidemment une grande chaleur corporelle, qui représente l'augmentation du feu de votre métabolisme, et dans le yoga, c'est le feu qui va brûler toutes les impuretés physiques et psychiques.

Ce feu du métabolisme est la clé de votre purification physique mais aussi psychique.

C'est le feu qui brûlera vos toxines mais c'est le feu psychique qui brûlera aussi tous vos blocages mentaux, vos névroses, tout ce qui vous sépare de qui vous êtes réellement, de ce qui vous sépare de l'éternel instant présent.

Et ce feu ne dépend que d'une seule molécule, le co2, le carbone associé à deux molécules d'oxygène.

Et le pranayama a pour but ultime d'accumuler toujours plus de CO2, toujours plus de feu. Et cela passe par le fait de respirer moins.

Techniques de respiration de Kriya Yoga

Certaines techniques comme kapalabati ou bastrika peuvent être utilisés sous forme de kriya.

Le kriya yoga est le yoga de nettoyage.

Les souffles seront plus agressifs, plus puissants, dans le but de déloger plus d'impuretés.

Mais ces souffles doivent se suivre obligatoirement de certaines techniques de rétention, pour rééquilibrer rapidement votre chimie intérieure.

Il faut maîtriser cela, il faut savoir où et quand faire les bonnes rétentions.

Bref le yoga pranayama est un art avancé que je déconseille à la plupart des gens, car nous avons toutes et tous une respiration déréglée par le stress.

Si vous avez déjà normalisé votre souffle en suivant ma formation, alors vous pouvez pratiquer le pranayama en gardant à l'esprit que l'objectif est de subtiliser votre respiration au maximum, c'est à dire de respirer de moins en moins.

A ce stade, vous devez comprendre que l'objectif ultime du pranayama est de contrôler votre cerveau reptilien qui gère votre survie, votre stress.

En respirant moins, vous titillez en quelque sorte votre instinct de survie, tout simplement parce que l'arrêt du souffle correspond à la mort.

Mais si vous respirez de moins en moins mais en étant parfaitement détendu, dans un lâcher prise profond, avec un état d'esprit paisible, fondements du yoga pranayama, alors vous vous approchez de la mort, qui est l'arrêt du souffle, mais tout en étant pleinement vivant.

C'est ce qu'on appelle le samadhi, l'illumination, la petite mort avant la grande mort, la mort de l'égo qui laisse place à la vie éternelle de la conscience.

J'utilise des mots ésotériques car à ce stade, le pranayama a clairement un but de libération spirituelle.

Pour finir cette vidéo, je citerai un yogi qui disait :

l'homme qui peut maitriser sa respiration à volonté ne craint plus la mort car il a réalisé la vie éternelle.

Dit autrement, cet homme ou cette femme maitrise tellement son cerveau reptilien inconscient que plus aucune peur ne peut s'installer dans son esprit conscient.

Ainsi, même la mort ne lui fait plus peur.

Comment bien respirer au quotidien ?

Mais avant d'arriver à ces états spirituels très avancés, que moi même je convoite en pratiquant quotidiennement des exercices de respiration que vous pouvez découvrir dans ma formation, tout doit d'abord commencer par une bonne respiration au quotidien, 24h sur 24.

Inutile d'aller prendre des cours de yoga si vous ne savez pas respirer tout le reste de la journée.

Inutile de faire 30 minutes d'exercices ici et là si c'est pour mal respirer le reste de la journée.

Inutile de méditer ou d'essayer de vous relaxer si vous ne savez pas respirer le reste du temps.

C'est pour cela que j'ai créé la respiration intermittente, une formation simple mais puissante pour normaliser votre respiration, pour bien respirer 24h sur 24.

Et si vous avez bien compris le contenu de cette vidéo, vous avez compris maintenant qu'une bonne respiration permet d'accumuler plus de CO2 dans votre corps afin d'atteindre le score de 40 secondes d'apnée le matin au réveil.

Voila,

Si vous voulez en savoir plus sur la respiration intermittente, je vous invite à cliquer sur le lien en dessous de la vidéo pour vous inscrire à mon atelier vidéo gratuit.

Si vous avez aimé cette vidéo, vous allez surement adorer celles qui vont suivre.

On se dit donc à tout de suite sur la page suivante.


❤ Atelier vidéo gratuit

Apprendre à bien respirer avec la Respiration Intermittente pour sortir du stress, de l'angoisse, de l'anxiété et de la fatigue (7 erreurs à ne surtout pas faire).


Lire aussi:

L'article précédent: Anxiété et stress chronique: Solution pour s’en sortir

L'article suivant: Ramadan: comment tenir et faire son jeûne sec intermittent?

Dans la même catégorie: Bien respirer